Stimulation Déjà Vu : RESSENTIR une émotion

RESSENTIR

Et comment on s’y prend ? « Deux choses doivent être prises en considération, mentionne Jean-Louis Gusiew, soit l’émotion véhiculée par l’odeur ainsi que le raffinement de l’assemblage. Un assemblage olfactif est constitué d’une série complexe de molécules odorantes, lesquelles, une fois mises ensemble, ne permettent plus de définir les composantes singulières qui la forment. Jamais on ne pourrait dire que l’on détecte un parfum de nectarine ou de noix de pin grillées, par exemple, même s’il est possible que ces composantes fassent partie de l’assemblage. Grâce à une série de tests effectués sur des humains en biométrie, nous savons que telle composante procure une excitation, par exemple, ou qu’une autre génère un réconfort. C’est de cette façon que nous raffinons, et raffinons, et encore raffinons nos assemblages au fil des tests, et ce, en analysant les différents effets qu’ils produisent sur les participants.

MARKETING EXPÉRIENTIEL

Les campagnes marketing olfactives sont-elles le prochain phénomène du milieu des communications ? « Disons simplement qu’il y a de quoi faire abondamment jaser, s’amuse Jean-Louis Gusiew. Mais encore faut-il que ce soit fait avec l’assiduité que nous y mettons et les technologies auxquelles nous avons accès. Car le traditionnel marketing olfactif, qui existe depuis fort longtemps, est, disons-le… tout sauf passionnant. Je ne dis pas qu’il n’est pas efficace : on s’est tous déjà fait prendre à vouloir acheter un croissant lorsqu’on s’est retrouvé dans un endroit où l’odeur de la pâtisserie gagnait notre nez. Mais jamais on ne l’associera à une marque de croissants spécifique. Nous, c’est tout le contraire : on veut que l’odeur qui émane d’un l’assemblage soit propre à un item – que ce soit un lieu, un évènement, une marque, etc. Les collaborations que nous développons avec partenaires et clients sont fantastiques, car le facteur olfactif agit à chaque fois comme amplificateur d’expérience. Et nous avons encore une multitude de pistes à explorer. L’entreprise Stimulation Déjà Vu, qui célébrait il y a à peine quelques semaines son quatrième anniversaire, a déjà beaucoup cheminé depuis que sa fondatrice, Audrey Bernard, l’a créée. Le potentiel de notre apport dans une expérience marketing est immense. On continue de s’amuser au gré des collaborations et des défis qui nous sont proposés. » 

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autres articles

Du virtuel bien réel

Depuis juin 2019, il est plus facile pour les entreprises de protéger, tant au Canada qu’à l’étranger, leurs projets numériques ou d’utiliser la propriété intellectuelle pour faire un virage numérique plus complet.

Articles connexes

Du virtuel bien réel

Depuis juin 2019, il est plus facile pour les entreprises de protéger, tant au Canada qu’à l’étranger, leurs projets numériques ou d’utiliser la propriété intellectuelle pour faire un virage numérique plus complet.